7 April 2020

Les maillots NBA City Edition 2019/2020

Article mis à jour le

Comme chaque année avant noël, la NBA et la célèbre marque à la virgule dévoilent les nouveaux maillots Nike City Edition. Et comme chaque année, il y a du bon et du moins bon. Qu’on aime ou pas, ces uniformes rendant hommage aux différentes villes américaines, ne laissent personne indifférent.
Cette infographie rassemble les 30 (enfin 29) maillots NBA City Edition de la saison 2019/2020. À vous de juger !
Infographie des 30 maillots NBA Nike City Edition de la saison 2019/2020

En vrac

Ces maillots City Edition sont un excellent prétexte pour se pencher sur certains aspects méconnus des villes NBA et leur histoire. Tour d’horizon des surnoms mis à l’honneur cette année.

Houston Rockets

Pour honorer la ville de Houston, les Rockets ont choisi d’arborer l’inscription « H-Town« , qui n’est autre qu’un des surnoms les plus populaires de la ville texane.

Brooklyn Nets

Comme l’année dernière, les Nets ont choisi d’honorer la mémoire du célèbre rappeur The Notorious B.I.G. pour leur maillot City Edition. L’inscription « Bed-Stuy » fait référence au quartier de Brooklyn Bedford-Stuyvesant où est originaire le rappeur. On notera également le style graffiti de l’inscription qui est, bien sûr, un clin d’oeil à la culture Hip Hop de la ville. Le diable se cache dans les détails !

Portland Trail Blazers

C’est désormais un grand classique, Portland adore exploiter son surnom de « Rip City« . Né dans les années 70 de la bouche du commentateur Bill Schonely, Rip City est la pierre angulaire de l’image de la franchise.

Milwaukee Bucks

Le surnom « The Cream City » de Milwaukee ne fait pas allusion à l’industrie laitière du Wisconsin, mais à la couleur des briques jaune pâle utilisées dans la construction de nombreux bâtiments, donnant ainsi une teinte crème à la ville.

New Orleans Pelicans

« NOLA » est un surnom de la ville de la Nouvelle-Orléans utilisé par la franchise depuis quelques années maintenant. Malgré la consonance d’un prénom féminin exotique, NOLA est l’acronyme signifiant « New Orleans, LouisianA« .

Sacramento Kings

« Sactown » est un surnom de Sacramento provenant de l’argot et rendu populaire dans la culture Hip Hop.

Detroit Pistons

Qui dit Detroit, dit industrie automobile ! Avec la présence des trois grandes firmes automobiles (Ford, General Motors et Chrysler), Detroit est la capitale de l’automobile américaine. C’est donc tout naturellement que la cité du Michigan a hérité du surnom de « The Motor City » depuis les années 30.

Minnesota Timberwolves

La ville de Minneapolis est indissociable de sa jumelle Saint Paul. Les deux cités sont d’ailleurs tellement proches géographiquement, qu’on les désigne communément sous le nom de Twin Cities. L’inscription « MSP » , pour Minneapolis-Saint Paul, fait donc référence à cette particularité urbaine.

Atlanta Hawks

De tous les maillots, celui d’Atlanta est peut-être celui qui soulève le plus d’interrogations.
Pourquoi la franchise a-t-elle choisi d’inscrire « Peachtree » pour honorer Atlanta ?
Peachtree fait référence à la rue principale d’Atlanta, Peachtree Street, autour de laquelle la ville est construite. Ce nom est tellement populaire à Atlanta, qu’il existe des dizaines de rues avec ce terme. La ville est même surnommée « The Big Peach ».
Mais que viennent faire les pêches à Atlanta ? Pour y trouver un élément de réponse, il faut creuser dans l’histoire de la région. Avant la construction de la cité, une tribu indienne vivait dans un village du nom de Standing Peachtree, ou plutôt Standing Pitchtree. Le village tirait son nom de l’abondance de pins qui s’y trouvait et de la récolte de résine (« pitch » en VO). En prenant possession de la région, les colons auraient donc confondu les deux termes. Tout le battage autour de la pêche à Atlanta et en Géorgie, relèverait donc d’un malentendu.

Golden State Warriors

L’inscription « The Town » fait référence au surnom de la ville d’Oakland. Bien que la franchise ait déménagée à San Francisco durant l’été 2019, les Warriors ont décidé de rendre hommage à Oakland (comme l’année dernière), cette ville qui les a accueillis durant près de 50 ans. Le chêne présent sur le maillot est d’ailleurs une autre référence à « l’autre ville » de la baie.

dans Zine
Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *