20 May 2022

Les pires 1er choix de Draft NBA

Article modifié le 6 février 2022 par Le Basketographe

Pour une franchise NBA, obtenir le premier choix de la draft, c’est un peu comme gagner au loto. Non, en fait, c’est littéralement comme gagner au loto. Le soir de la Draft Lottery, l’équipe qui a décroché le gros lot crie, tremble, pleure, sabre le champagne. Une nouvelle page se tourne. Les rêves les plus fous sont permis. Mais avant de pouvoir brandir le trophée tant mérité, il reste un détail de taille. La franchise doit parvenir à mettre la main sur LE joueur qui changera son visage. Une simple formalité, n’est-ce pas ? Oui, mais non. L’Histoire retiendra qu’il n’est pas toujours facile de faire le bon choix, comme nous le montre ces cinq joueurs considérés comme étant les pires busts de l’Histoire.

LaRue Martin (1972)

LaRue Martin, l'un des pires choix de draft NBA

Drafté en première position lors de la Draft 1972 par les Blazers, LaRue Martin est considéré comme étant le tout premier bust de l’histoire. En 4 saisons dans l’Oregon, le pivot de Loyola n’a jamais trouvé un moyen de peser dans l’effectif. Barré dans la rotation par Bill Walton, arrivé en 74, Martin prit sa retraite sportive en 1976, un an avant le sacre de Portland. Il cumula des moyennes en carrière bien loin de celles demandées à un 1st Pick : 5,3 points, 4,6 rebonds et 0,7 passe. Loin des parquets, Martin s’épanouit pleinement dans le monde de l’entreprise où il officia notamment chez Nike, puis UPS.

Michael Olowokandi (1998)

Michael Olowokandi, l'un des pires choix de draft NBA

Premier choix en 1998, le nigérian Michael Olowokandi avait un physique à faire saliver n’importe quel recruteur. Grand et puissant, Kandiman avait toutes les cartes pour s’imposer chez les Clippers, franchise moribonde par excellence. Malheureusement pour les Californiens, Olowokandi ne répondit jamais aux attentes. Si ses débuts en NBA ne sont pas alarmants, bien que pas flamboyants, le pivot peine à être consistant. La faute à de multiples blessures. Passé par les Timberwolves et les Celtics, il raccrocha les baskets en 2007. En 9 saisons et 500 matchs de saison régulière, il cumula 8,3 points, 6,8 rebonds et 0,7 passe.

Kwame Brown (2001)

Kwame Brown, l'un des pires choix de draft NBA

Choisi devant tout le monde par les Wizards, Kwame Brown passa tout de même 12 saisons en NBA. Pour autant, cette relative longévité ne doit pas cacher l’énorme déception qui accompagne sa carrière. 6,6 points et 5,5 rebonds sont des moyennes en carrière bien trop éloignées des attentes placées dans ce lycéen athlétique et prometteur. Bazardé aux Lakers à l’issue de son contrat de rookie en échange de Caron Butler en 2005, il connut pas moins de 6 franchises différentes sur ses 8 dernières saisons. Si les raisons de ce fiasco peuvent être nombreuses, une anecdote dévoilée par le journaliste Amin Elhassan et relayée par Basket Session laisserait penser que Brown était mentalement inadapté pour le milieu pro. Quelques semaines avant le début de sa saison rookie, Kwame avait manqué plusieurs entraînements au motif qu’il n’avait plus de linge propre. Au regard de cette histoire, plus triste qu’amusante, on ne peut que saluer l’augmentation de l’âge requis pour entrer en NBA à 19 ans, rendant impossible la draft d’un prospect directement à sa sortie du lycée.

Greg Oden (2007)

Greg Oden, l'un des pires choix de draft NBA

Il est évidemment très sévère de placer Greg Oden dans cette liste, tant il n’a pas eu de chance avec son physique. Mais comment ne pas le mentionner sachant qu’il a été drafté devant Kevin Durant ! Pour Oden, la raison de son échec est tout trouvée. Tout est de la faute à son corps trop fragile. Sur ses cinq saisons passées sous les couleurs des Blazers, dont 3 blanches, le pivot a disputé seulement 82 matchs. Après une petite pause, Oden tenta désespérément de se relancer au Heat en 2013. Après une petite pige et 23 matchs disputés, il prit sa retraite avant de réapparaître en Chine un an plus tard. Il est évident que sa carrière aurait été bien différente s’il avait eu un corps à la hauteur de sa carrure. Il officie aujourd’hui en tant qu’assistant au sein de son ancienne fac Ohio State.

Anthony Bennett (2013)

Anthony Bennett, l'un des pires choix de draft NBA

Sélectionné en Pick 1 au sein d’une draft 2013 plutôt faiblarde (excepté Giannis et Oladipo), Anthony Bennett a vécu un véritable enfer pour ses débuts dans la grande Ligue. Scorant 11 points pour ses huit premiers matchs de sa carrière, tous les voyants étaient au rouge et laissaient présagés le pire pour le Canadien. Et ça n’a pas loupé ! Quatre franchises en autant de saisons, la carrière NBA de Bennett est une CA-TA-STROPHE. Quatre fois starter sur 151 maths joués, Bennett cumula des moyennes en carrière famélique pour un 1er choix : 4,4 points, 3,1 rebonds et 0,5 passe. Il tenta de se relancer en Europe au Fenerbahçe et à l’Hapoel Jerusalem, sans succès. Quand ça ne veut pas…

Logo du blog NBA Le Basketographe

Une envie de lecture ?

Les joueurs français les plus populaires sur Instagram
Le nouveau logo 313 des Detroit Pistons

dans Zine
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *